Mareclean

 

 

Prévenir les risques de pollutions microbiologiques des eaux littorales de la Côte Ouest de la Manche, pour maintenir la baignade, la conchyliculture et la pêche 

Un constat

La conchyliculture, la baignade, la pêche à pied, activités vitales pour l’économie de la Côte Ouest de la Manche, dépendent directement d’une bonne qualité sanitaire des eaux littorales.

  • La conchyliculture: 16 tonnes de moules et 13 tonnes d’huîtres sont produites sur cette côte soit respectivement 94% et 48% de la production bas-normande, qui figure au 1er rang national.
  • La pêche à pied professionnelle (une 50aine de pêcheurs en 2006) et celle de loisir. L’engouement de la Côte Ouest ne cesse de croître, notamment grâce à ses gisements de palourdes.
  • La baignade et autres loisirs nautiques. Principale destination de loisirs des habitants du centre Manche, les vastes plages sableuses de la Côte Ouest séduisent également les touristes.


Avec le renforcement des normes (qui implique un déclassement de certaines plages), l’amélioration de la qualité des eaux devient une exigence majeure pour assurer leur maintien. D’importants efforts ont d’ores et déjà été réalisés, en ce sens, par les collectivités (assainissement) et par les agriculteurs. 
Mais, des imprécisions persistes pour mener une gestion plus efficace des pollutions : la nature des apports terrestres rejetés en mer par les rivières ; les pics de pollutions lors de fortes pluies ; l’impact des marées et du vent sur la diffusion en mer des pollutions. 

 

Une volonté

Comprendre les phénomènes de pollutions microbiologiques, pour mieux les combattre et les anticiper, afin de ne plus les subir :

 --> Mieux identifier les apports terrestres et leur diffusion en mer,

--> Déterminer l’impact des conditions météo (pluies, vent) et des marées sur ces apports,

--> Concevoir un véritable système d’alertes, permettant d’identifier les risques de pollutions et leur diffusion en mer en fonction des conditions climatiques. Ainsi, en cas d’alerte météo et de pollution annoncée, des mesures pourront être prises, telles que :

  • L’optimisation des réseaux d’assainissement,
  • La fermeture préventive des sites de baignade couplée à un système de communication efficace vers les usagers,
  • L’information des conchyliculteurs des risques de pollution. 

--> Améliorer les techniques et les équipements existants : réaliser des équipements préventifs, rénover des ouvrages d’assainissement, optimiser la gestion des ouvrages, tester des solutions techniques innovantes pour les eaux pluviales souillées (ex.: infiltration dunaire),...

--> Diffuser les résultats de ce projet et évaluer l’application de cette méthode sur d’autres côtes européennes.

 

Avec le soutien de: